MotoGP 2024 : le casse-tête aérodynamique

Les essais MotoGP 2024 en Malaisie, nous assistons à un défilé apparemment sans fin d’essais aérodynamiques.
La cerise sur le gâteau jusqu’à présent est Aprilia, qui a équipé une de ses motos d’un rake aéro, une structure fixée à l’arrière de la moto et équipée de capteurs qui enregistrent la pression de l’air dans chacun d’entre eux.
Ducati change de leader à Sepang : Bastianini succède à Jorge Martín ; Marc Márquez, le pilote le plus travailleur

MotoGP 2024

La folie des ingénieurs en aéro pour les motoGP 2024

Lorsque Gigi Dall’Igna a décidé d’explorer l’aérodynamique sur ses motos de MotoGP en 2016, Shohei Nakamoto, alors responsable du GGPP chez Honda, a prévenu que l’ouverture de ce domaine était très “dangereuse”. Et il ne voulait pas dire dangereux physiquement, mais que cela conduirait à une évolution sans fin des motos MotoGP qui entraînerait une augmentation significative des coûts. Et Nakamoto savait très bien de quoi il parlait, puisqu’il était venu à la moto en passant par la F1, où le développement aérodynamique est la pierre angulaire de la performance. xx ans plus tard, alors que les essais se déroulent ces jours-ci à Sepang, les avertissements de l’ingénieur japonais se sont plus que concrétisés. En Malaisie, nous assistons à un défilé d’essais aérodynamiques apparemment sans fin.

Aprilia, par exemple, qui avait à l’époque conçu sa nouvelle moto en fonction de son approche aérodynamique, a apporté jusqu’à 20 combinaisons différentes possibles à ces tests. Le chef du projet Aprilia MotoGP a avoué l’impossibilité de tout tester, car d’autres domaines tels que l’électronique, le châssis et le moteur doivent également être travaillés avant le premier GP qui aura lieu dans quelques semaines au Qatar. Il y a un manque de temps, un manque de pneus et un manque d’expériences.

A lire aussi :   Les modèles de moto les plus cher du marché

Chez KTM, après une analyse approfondie de la saison écoulée, les ingénieurs ont compris que les deux dixièmes qui les séparent de la victoire doivent être supprimés au niveau de l’aérodynamique. Pour ce faire, les Autrichiens ont fait appel à leurs collègues de l’autre grande entreprise autrichienne liée au sport automobile : Red Bull. L’influence des ingénieurs de la F1 a été évidente dans les différents formats testés, y compris celui qui, pour plaisanter, ressemble à un harmonica fixé à l’avant du garde-boue. Les autres marques, Ducati et Honda, n’ont pas suivi, seule Yamaha travaille sur une ligne plus conservatrice. Comparée aux véritables “transformateurs” que sont en train de devenir les autres MotoGP, l’usine d’Iwata a encore l’air d’une moto “de toujours”.

65c38674ad81c

Reste à savoir si les ingénieurs de Yamaha tiendront bon, car la réalité est que les pilotes confirment que chaque appendice ajouté, enlevé ou repositionné modifie le comportement des motos. Le dilemme est de savoir quelle configuration s’avère la plus efficace. Et attention, nous ne parlons pas de celle qui fait le vélo le plus rapide, mais de celle qui est la plus efficace sur la durée d’une course. Rien de nouveau, c’est la vieille fable de la course du lièvre et de la tortue. Et puis il y a le feeling, ce facteur que les ingénieurs détestent tant parce qu’il n’est pas quantifiable.

65c3865505f0e

Ce mercredi, Ducati a mis en piste un nouveau carénage qui est esthétiquement… eh bien, l’esthétique en course est la valeur suprême. Ses trois pilotes principaux, Bagnaia, Matín et Bastianini l’ont testé et la conclusion est la suivante : Bastianini y voit un énorme potentiel, Jorge Martín a de sérieux doutes, et lorsqu’on lui a posé la question, Bagnaia a assuré qu’il se positionnait au milieu. Ensuite, il y a le facteur pneumatique, car la même approche aérodynamique fonctionne différemment selon le nombre de tours des pneus de la moto.

65c3859166b8d

Mais la cerise sur le gâteau a été prise – pour l’instant, car il reste une journée d’essais – par Aprilia, qui a équipé hier l’une de ses motos d’un râteau aérodynamique, c’est-à-dire d’une structure très voyante fixée à l’arrière de la moto – voir photo – équipée de capteurs qui enregistrent la pression de l’air dans chacun d’eux.

A lire aussi :   Marc Marquez retrouve la pole position à Jerez !

“Nous concevons l’aérodynamique à l’aide d’un logiciel sur nos ordinateurs. Avec l’inclinaison aéro, nous voulons vérifier que les calculs théoriques correspondent à la réalité”, a expliqué mercredi Romano Albesiano, chef du projet MotoGP à l’usine de Noale.

Oui, l’aérodynamique est aux ingénieurs ce qu’un parc d’attractions est à un enfant, mais comme Nakamoto avait raison !

@harriboman

Frénésie des modifications des MotoGP lors des essais 2024 a Sepang. Les ingénieurs font parts d’une imagination débordante pour améliorer la puissance et l’aérodynamisme des motos pour la futur saison 2024. #motogp #moto #2024 #sepang #aprilia #ducati #honda #ktm #yamaha

♬ son original – Moto Harriboman