Bienvenue dans le futur avec la Yamaha Morpho 2

Yamaha Morpho 2

Un prototype futuriste qui propose de nombreux concepts ergonomiques audacieux bienvenue dans le monde de la Yamaha Morpho 2.

La Yamaha Morpho 2 : la moto qui passe du sport au tourisme sur simple pression d’un bouton

Imaginez une moto qui peut être convertie de sportive à GT en appuyant sur un bouton, avec des roues directrices et un carénage adaptatif – c’est la Yamaha Morpho 2.

Après l’apparition du prototype Yamaha Morpho en 1989, la marque d’Iwata a poussé l’idée plus loin et a présenté la Yamaha Morpho II, plus audacieuse et plus évoluée, au salon de Tokyo en 1991.

L’idée était de proposer deux motos en une, afin de passer d’une moto sportive monoplace avec carénage à une confortable GT biplace par simple pression d’un bouton.

6593cf8e3cbf6

La couleur bleue et le nom Morpho lui ont été attribués en l’honneur d’un papillon, la chrysalide Morpho, originaire d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud, dont les ailes sont d’un bleu irisé et qui, comme vous le savez, se transforme d’une chenille en un magnifique papillon au cours d’un processus appelé métamorphose, à l’instar de tous les papillons.

Le nom Morpho résume tout le sens de ce prototype, car la moto a subi une métamorphose électronique pour devenir une autre moto.

Les Yamaha Morpho et Yamaha Morpho II se caractérisaient par une position de conduite entièrement réglable au gré du pilote, grâce à des servomoteurs électriques.

Le pilote pouvait régler la hauteur et la distance de la selle et des repose-pieds, ainsi que relever le guidon. Sur la Morpho II, la hauteur de toute la partie supérieure du demi-carénage pouvait également être modifiée, et l’arrière était allongé pour offrir plus d’espace au passager.

6593cfd692bfb

Autre détail qui a varié : en position GT, le carénage se prolongeait par des appendices latéraux et au niveau des mains qui offraient une meilleure protection aérodynamique au pilote.

A lire aussi :   Essai de la Triumph Speed Triple 1200 RR

Ce dernier détail est désormais présent sur l’un des derniers modèles de Moto Guzzi, la V100 Mandello, dotée d’un aérodynamisme actif.

En outre, la Morpho II était équipée d’une suspension avant alternative avec mono-amortisseur à bras oscillant – qui sera plus tard appliquée à la Yamaha GTS1000 – et, curieusement, d’une direction à roue arrière…

La direction par l’arrière était une nouveauté et n’avait en fait jamais été appliquée à une moto auparavant. Lorsque le pilote tourne la roue avant, la roue arrière tourne dans le même sens, mais avec un angle de braquage plus faible.

En outre, il était doté de gadgets électroniques inédits en 1991. Ainsi, elle était équipée d’une instrumentation à écran LCD, et le démarrage s’effectuait à l’aide d’une carte magnétique qu’il fallait insérer dans une fente.

Quant au moteur, alors que la Morpho était animée par un quatre cylindres de 400 cm3, la Yamaha Morpho II était équipée d’un moteur de 1 003 cm3 provenant d’une Yamaha FZR1000 Exup, développant 145 ch – 4T, LC, 16V, DOHC. L’échappement était intégré dans la quille, complètement caché.

La Morpho et la Morpho II ont été conçues – pour le compte de Yamaha – par la société japonaise GK (Koike Group) Design, fondée en 1952 par un groupe d’étudiants de l’Université des Arts de Tokyo, à qui l’on doit d’autres modèles tels que le légendaire V-Max.Ces prototypes n’ont pas été produits en série, mais ils ont servi de base à la création de la Yamaha GTS1000 futuriste, qui a été produite en série comme vous le savez.

A lire aussi :   Yamaha YZF-R1 réputée pour ses performances et sa technologie de pointe